Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Christophe BLAZQUEZ blog

Interview de Thierry Libaert

12 Septembre 2012 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Témoignages

0-picture.jpg

index-copie-2.jpg

J’ai interviewé Thierry Libaert en marge de la sortie de la 6ème édition du Communicator.

 

CB : Pouvez-vous vous présenter ?
TL : J’ai 20 ans d’expérience en Communication d’entreprise et en Agence.
Actuellement, je suis membre du Comité Economique et Social Européen, et des Conseils d’administration de l’Agence Française de Normalisation (AFNOR) et de l’Institut des Futurs souhaitables.
Professeur à l’Université de Louvain depuis 2008, je suis également maître de conférences à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. J’ai enseigné les sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris IV (CELSA) en 2ème et 3ème cycles (1992-2008). Je Préside le Laboratoire d’Analyse des Systèmes de Communication d’Organisation (Lasco – Université de Louvain La Neuve) ainsi que le comité scientifique de l’association «Communication & Entreprise», 1ère association française de communication.
Le Lasco publie une newsletter trimestrielle à laquelle on peut s’abonner depuis le site de l’Université.
Le site annonce également l’ensemble des séminaires prévus jusqu’en 2014. Ces séminaires sont ouverts à tous et gratuits.

CB : Quelle sont les principales évolutions de cette 6ème édition du Communicator ?
TL : Je peux relever trois évolutions majeures par rapport à la 5ème édition parue en 2009.

Tout d’abord, de nombreux visuels ont été introduits afin d’illustrer le plus possible l’ouvrage.
Ensuite, le chapitre 4 sur la communication digitale a été fortement étoffé car depuis la précédente édition un bouleversement énorme est apparu dans ce domaine.
Enfin, il y a eu des changements en matière de stratégie et de plan de communication (Chapitre 1). Les entreprises ne font plus de plan de communication mais plutôt une plateforme de communication. Elles travaillent plutôt sur le positionnement de l’image de l’entreprise, la posture que sur la nécessité de planifier les actions à moyen terme.

CB : La couverture du Communicator 6ème édition fait-elle référence à Twitter ?
Pour quelle raison avez-vous renforcé la partie consacrée à la communication digitale ?
TL : En effet, la couverture fait référence à Twitter et aux réseaux sociaux.

Dunod a confié la réalisation de la couverture de cette nouvelle édition du Communicator à la communauté des créatifs de Creads.
En ce qui concerne la communication digitale, elle est devenue incontournable.

J’ai rencontré récemment une cinquantaine de Responsables de Communication. Ils trouvent que la communication digitale a apporté de forts changements sur la communication d’entreprise en très peu de temps.
Il y a un enrichissement au niveau du contenu digital qui est considérable. Le rich media s’est développé dans la plupart des grandes entreprises. Le site web est réellement devenu multimédia.
Il était donc primordial d’intégrer dans l’ouvrage l’ensemble de ces dispositifs !
Je ne voulais pas faire de langue de bois. J’évoque aussi les difficultés liées à la mise en place d’une démarche 2.0

CB : Quel est l’impact du web 2.0 sur la communication ?
TL : De mon point de vue, le 2.0 n’est pas un outil de communication. Tant qu’on le considérera comme un outil de communication, on passera à côté de quelque chose.

Le 2.0, selon moi, c’est une autre manière de communiquer.
On n’est plus dans le cadre d’envoyer des messages. On est dans le conversationnel et le lâcher prise (absence de contrôle). Je peux aussi parler d’instantanéité, de flux continu 24h sur 24.
En ce qui concerne les Directeurs de Communication, ils pensent que le changement s’est effectué au niveau des outils. Pour eux, c’est devenu un outil supplémentaire : le media online.
Cela est récent et apparaît complexe, mais il est indispensable de parvenir à maîtriser ce nouvel outil tout en dépassant une conception purement instrumentale.

CB : Le site web d’entreprise a-t-il encore un avenir ?
TL : Je pense que oui ! L’objectif des Directeurs de Communication est de « muscler » le site web de leur entreprise. Il reste indispensable car aujourd’hui tout est dématérialisé (plaquettes, rapports …). Cela permet de fonctionner avec une plateforme numérique qui dispose de multiples entrées pour les acteurs externes à l’entreprise.

Par ailleurs, de plus en plus d’entreprises y intègrent ou vont y intégrer une web TV.
A mon avis, il y a une sorte de fascination/répulsion par rapport aux Réseaux Sociaux. Ils nous font peur car on ne veut pas perdre le contrôle. A l’inverse, le site web nous permet de garder le contrôle à 100% sur notre propre discours.
Le web 2.0 permet quant à lui de converser.
Un équilibre doit progressivement être trouvé entre le site web et le web 2 .0 dans la pratique digitale des entreprises.

 

CB : Sur quel média social êtes-vous le plus actif ?
TL : Je suis présent sur 4 plateformes.
Pinterest : j’y suis allé pour voir car on en parle beaucoup, dans le cadre de ma veille sur les nouvelles tendances.
LinkedIn : je renseigne peu d’informations sur ce réseau professionnel.
Facebook : c’est un réseau sur lequel j’adopte un ton plus convivial.
Twitter : je m’en sers comme un fil de diffusion et de relai de mon actualité (publications, ouvrages, séminaires …).
Je suis donc plus actif sur Facebook à titre personnel et sur Twitter à titre professionnel.

CB : Un conseil pour mes lecteurs qui souhaiteraient travailler dans le domaine de la communication digitale ?
TL : Je leur conseillerais d’être un bon stratège. Il faut avoir une vision sur la stratégie de communication (Objectifs, message, cible, mesure des résultats ...).

Ensuite, ne pas faire que de l’esthétique mais aussi penser à être efficace.
Ainsi, il me paraît important de maîtriser les bases de l’ensemble des domaines de  la communication.
Il faut faire preuve de ténacité et de résistance au stress dans ces métiers car on a besoin de convaincre et on peut prendre des coups !
Il est important de savoir organiser sa présence de manière différenciée en fonction des différents supports (Facebook, Twitter, blog, site web, LinkedIn, Google+ …) tout en conservant une vision globale.
Enfin, ayez une approche autant qualitative que quantitative !

Voir les commentaires

Liste de contrôle pratique sur les médias sociaux v2.0

12 Septembre 2012 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Médias sociaux et réseaux sociaux

Pour un Community Manager, il n'est pas évident de garder en mémoire l'ensemble des tâches à effectuer pour la gestion de ses comptes sur les Médias Sociaux.
Personnellement, je note sur l'agenda de mon smartphone les tâches les plus importantes à effectuer sur la semaine.
Pour vous aider à y voir plus clair dans votre planning Médias Sociaux, l'infographie ci-dessous est intéressante :

 

SocialMediaChecklist French Translation Sensible Social Media Checklist v2.0 now available en Français!



Courtesy of: The Whole Brain Group
Voir les commentaires

7 ans déjà !

8 Septembre 2012 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Blazquez

78303816 o

En cette période de rentrée, ce blog souffle les bougies pour fêter son 7ème anniversaire !


7 années au cours desquelles nous avons pu échanger autour de thématiques et centres d'intérêts communs :-)

 

Quelques chiffres pour résumer cette activité :
1258 billets publiés

203 600 visiteurs uniques

300 524 pages vues

 

Le billet le plus vu sur ce blog

Ce blog existe grâce à vous !

 

Alors, merci à toutes et tous pour votre fidélité

Voir les commentaires

De la Réputation à l'e-réputation : ce qui a changé... l'expertise d'une responsable marketing

6 Septembre 2012 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Témoignages

IsabelleSaladinBD.jpg

Isabelle Saladin

 

« Les deux choses les plus importantes n'apparaissent pas au bilan de l'entreprise : sa réputation et ses hommes. » Henry Ford (1863-1947)

 

Si l'image d'une entreprise a toujours été essentielle vis-à-vis de ses prospects et clients, le web2.0 a créé une nouvelle approche de cette réalité : l'e-réputation !!! Le terme e-réputation est apparu en 2000 !

 

Nous sommes passés d'un mode de communication en face à face (one to one), où l'insatisfaction d'un client était connue d'un cercle restreint, à une communication de masse (one to many) cette même insatisfaction peut faire le tour du monde en quelques minutes !

 

Avec le web 2.0 (réseaux sociaux, blogs, forums...) tout le monde peut écrire tout sur tout et ce à un niveau mondial et public... le problème est que «  les paroles s'envolent mais les écrits restent ». Les usages, les comportements, les codes ont changé et les internautes maîtrisent parfaitement toute la puissance du web. Nous sommes entrés dans une ère où la liberté d'expression n'a pas de limite : chacun s'estime en droit de dire ce qu'il veut et il a les outils pour le faire ! Une liberté qui favorise aussi les mauvaises intentions, les dénonciations et autres diffamations.
Les média se multiplient, les moyens d'y accéder aussi... Tout se passe sur la Toile ! Et tout se dit sur la Toile !

 

Peut- on avoir confiance en cette marque ? En cette personne ? Cette solution est-elle moins chère, plus fiable que sa concurrente ?

 

Il n'y a encore pas si longtemps, les commentaires se limitaient au cadre du BtoC pour se faire une opinion ou donner son avis sur tel ou tel produit de grande consommation, en se connectant chez soi avec son ordinateur. Avec l'arrivée des outils et des contenus « mobiles » cette démarche a été utilisée comme première arme marketing (notions de buzz, blogging, sentiment analysis, etc...). Le retour sur investissement d'une telle stratégie à même vu naitre de nouvelles fonctions au sein des entreprises (ex Community Manager)  afin de gérer ce phénomène et communiquer régulièrement avec les internautes pour véhiculer des messages positifs sur la marque et leur laisser la parole... Nous sommes tous des consommateurs (ou Consom'acteurs) sur la toile, et de plus en plus utilisons le web pour récupérer et donner notre avis sur... tout (produits, idées, personnes...).

 

Pas étonnant alors que ce phénomène BtoC arrive en force sur le marché du BtoB.

 

Jusqu'à présent, les responsables marketing BtoB utilisaient le web comme outil de développement et génération de « leads », en privilégiant des dépenses budgétaires  sur le  SEO (search engine marketing= référencement naturel) et le PPC (Pay-Per-Click = référencement payant). Depuis peu,  avec l'essor des réseaux sociaux et le contexte économique, la communication BtoB se développe de plus en plus via le web... avec ses forces et ses dangers ... et surtout l'impact sur l'e-réputation d'une entreprise ou d'un produit !

En effet, il ne faut pas oublier que le directeur général (ou le responsable des achats) de votre plus gros prospect est aussi un internaute, probablement connecté sur Twitter et Facebook, ou en tout cas très utilisateur des moteurs de recherche.

Cela implique une nouvelle approche pour l'entreprise, l'intégration systématique du web dans sa stratégie de communication, certes, mais également l'intégration des réseaux sociaux, qui ont pris une place de plus en plus importante dans les outils utilisés par les internautes pour mieux connaitre les produits et services d'une entreprise. Il est en effet préférable de « prendre les devants » et ne pas attendre que la notoriété de la société sur Internet arrive par les internautes, avec tous les risques que cela comporte.

Par contre, il n'est pas question de partir tous azimuts et d'être présents pour « faire comme tout le monde », mais de privilégier la qualité, surtout dans le cadre de communication BtoB à destination de clients ou de prospects. Comme pour la communication « traditionnelle », il est indispensable de choisir les canaux adaptés à sa cible et à son activité. Il est préférable de développer correctement ses réseaux sociaux progressivement, plutôt qu'être présents partout n'importe comment ou de façon incomplète...

 

Ne pas courir après la visibilité à tout prix, garder sa crédibilité en tant que société, sont des facteurs à garder en mémoire quand on développe sa notoriété sur le Web.

 

Il ne faut pas oublier que l'exigence des internautes à titre personnel se retrouve aussi dans leur vie professionnelle, mais dans un contexte où ils doivent être plus efficaces. Il s'agit de leur donner les informations qu'ils recherchent, qu'elles soient faciles d'accès, actualisées, simples à consulter, claires, précises, professionnelles..., que ce soit sur votre site qui doit être bien référencé, actualisé, vivant et complet, sur les réseaux sociaux qui doivent apporter une réelle information sur votre société !

 

Mais cela signifie aussi que la réaction des internautes ne concerne pas que le WEB, mais aussi et avant tout la « vraie vie »... l'amabilité d'un standard téléphonique, les compétences d'un commercial, la qualité d'un service... sont autant de valeurs qui feront également la bonne (e-)réputation d'une entreprise !

 

Auteur :

Isabelle Saladin

Responsable Marketing Europe du Sud
Perceptive Software

Voir les commentaires