Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Christophe BLAZQUEZ blog

Articles avec #formation tag

Rencontre emploi & numérique La Mêlée Adour

19 Mars 2015 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Recrutement, #Formation, #Numérique, #Identité numérique & e-réputation, #Médias sociaux et réseaux sociaux, #Big data, #recrutement 2.0, #Marketing RH, marque employeur, #Marketing mobile

Voir les commentaires

Numérique : quels profils seront recherchés en 2014 ?

3 Juin 2014 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Internet, #Formation, #Numérique, #Recrutement

Conférence organisée par EFP64 le jeudi 12 juin de 10h à 12h

à la Maison pour Tous de Bizanos (place Joffre)

 

Malgré la conjoncture économique, le secteur connaît toujours des pénuries de talents et offre des emplois d’avenir, notamment avec la montée du big data, des réseaux sociaux et du cloud computing.

Ainsi, le numérique ouvre de multiples débouchés dans le domaine créatif, dans les domaines du marketing et de la communication, et bien évidemment dans le domaine technique et informatique.

 

Christophe Blazquez présentera un état des lieux du secteur du numérique sur le bassin d’emploi des pays de l’Adour puis un panorama des métiers recherchés par les entreprises.

Franck Aubard exposera l’offre en matière de formation e-commerce et webmarketing proposée par le CNAM de Tarbes et le lycée Pradeau-La-Sède.

 

Les intervenants :

Christophe Blazquez

Consultant Formateur Auteur spécialiste web et NTIC au sein de son propre Cabinet

www.christopheblazquez.com

Cofondateur de La Mêlée Adour, structure fédératrice des acteurs de l'économie numérique du bassin de l'Adour www.lameleeadour.com

Photo : Jean-Philippe Gionnet

Photo : Jean-Philippe Gionnet

Franck Aubard

Coordonnateur du centre universitaire Tarbes Pyrénées, chargé du développement du centre de formation professionnelle Pradeau-la-Sède et vacataire de l’enseignement supérieur.

Numérique : quels profils seront recherchés en 2014 ?
Voir les commentaires

L'incompétence bureautique, grande cause nationale ?

3 Avril 2014 , Rédigé par Xavier SILLON Publié dans #Formation, #Bureautique, #Collaboratif, #web 2.0, #Cloud computing, #Application mobile

L'incompétence bureautique, grande cause nationale ?

L'incompétence bureautique, grande cause nationale ?

Rester compétent(e) ou être dépassé(e) : un challenge à relever au quotidien

Les chiffres parlent d'eux-mêmes...

47% des salariés de l'Union Européenne se sentent incompétents dans l'utilisation des outils numériques. (UE Digital Agenda 2012)

90% des emplois nécessitent des compétences informatiques et Internet. (IDC)

64% des étudiants à l'université échouent au Certificat Informatique et Internet. (Education Nationale)

40% des accès aux applications professionnelles se font via un appareil personnel. (IDC)

80% des logiciels sont proposés en mode SaaS. (Forrester)

Un milliard de personnes utilise la suite bureautique Microsoft Office dans le monde. (Microsoft)

Les 6 « bonnes » raisons pour ne rien faire !

Le manque de compétences en bureautique des salariés, est sans nul doute un frein à la compétitivité des entreprises, qui pourtant, n'en mesurent pas le niveau. Si elles commencent à s'ouvrir aux nouvelles voies qu'offre le cloud-learning pour lutter contre le manque de compétences en bureautique de leurs salariés, dans leur grande majorité, elles restent campées sur leurs positions... et trouvent 6 « bonnes » raisons de ne rien faire... parmi d'autres :

Nos salariés n'ont besoin de rien

Ha bon, comment le savez-vous ?

Le service helpdesk va s'occuper de tout

Sait-il comment partager et protéger un classeur Excel ?

Nos salariés finiront bien par s'habituer à la nouvelle interface

Dans combien de temps et après combien d'erreurs ?

La formation doit porter uniquement sur les changements

A chaque migration, tous les 24 mois ?

Nos salariés ont les mêmes logiciels à la maison

Les utilisent-ils pour les mêmes besoins ?

La formation coûte trop chère

Plus chère que l'incompétence bureautique ?

Rien ne sera plus comme avant !

La génération Y, le web 2.0, le Saas, les BOYD, le Cloud... autant de concepts d'hier qui sont devenus les réalités d'aujourd'hui pour chacun d'entre-nous, comme pour les organisations. Les salariés sont au cœur de ces changements qui impliquent de nouvelles façons de travailler, plus vite, n'importe où, à n'importe quel moment, en toute autonomie.

Parallèlement le nombre de logiciels et d'apps explose. Hier encore, les salariés utilisaient 20 fonctions de base sur les 5 logiciels les plus représentatifs du marché, ce qui impliquait de justifier d'une centaine de compétences. Aujourd'hui, ils ont à disposition plus de 50 fonctions de base sur plus de 50 logiciels, Apps, web services et autres devices, soit 2 500 compétences de base à maîtriser.

La formation doit contribuer à l'alignement des compétences sur les marchés de l'entreprise

La photographie de l'entreprise d'hier était assez simple : 1 000 collaborateurs, 1 000 postes de travail, 1 000 licences Windows, 1 000 licences Office. Un paysage technologique assez facile à gérer. Aujourd'hui, la même entreprise s'oriente vers l'organisation d'un poste de travail beaucoup plus complexe : un parc multi facettes, PC, MAC ; postes fixes et portables ; tablettes et mobiles ; logiciels installés et dans le cloud... Dans ce contexte, comment gérer la performance et la productivité des équipes impactées par ces mutations technologiques ?

Et je n'oublie pas la mondialisation qui oblige les entreprises à être de plus en plus globales et à faire collaborer des équipes sur plusieurs continents et qui parlent plusieurs langues !

La formation bureautique, en revanche, a mis du temps à prendre le train en marche, et reste globalement inscrite dans un schéma désuet : un format présentiel « has been », dispensée en français et au mieux en anglais, un coût exorbitant au regard du nombre de personnes à former et du temps dépensé, des solutions Web peu ou pas adaptées aux nouveaux modes de travail des salariés, ni même aux nouveaux modes de fonctionnement et d'achats des entreprises....

Les mutations technologiques qui s'inscrivent dans une cadence effrénée ont un fort impact sur toutes les entreprises, quels que soient leur secteur d'activité et leur taille. Mais celles-ci, pour la plupart, n'ont pas encore réalisé que leurs salariés ont plus que jamais besoin d'adapter leurs compétences digitales à ces rapides mutations. Les problématiques ont changé, les méthodes, non, même s'il y a aujourd'hui une prise de conscience des enjeux de la part des responsables de formation. Le manège reste immobile et les chevaux tournent à toute vitesse !

Ce décalage est sans doute la première cause de la résurgence de l'incompétence bureautique des salariés, que la plupart des entreprises considéraient avoir éradiquée ces dix dernières années.

Les entreprises françaises ne pourront véritablement profiter de la révolution du Cloud Computing, que si elles prennent conscience que l'utilisateur est roi, encore faut-il qu'il fut compétent !

Par Xavier Sillon, Président fondateur de Vodeclic

Voir les commentaires

Trois chantiers pour aligner la formation sur le Web

3 Février 2014 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Formation, #e-learning, #Curation, #Collaboratif, #Data

Voir les commentaires

Formation continue : les tendances en 2014

17 Décembre 2013 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Formation, #web 2.0

Voir les commentaires

Lectures formation, emploi, management et internet

9 Octobre 2013 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Lectures, #Formation, #Management, #Internet

Voici quatre livres qui sont venus se rajouter à ma bibilothèque en ce début d'automne :

Voir les commentaires

La formation de demain : sociale, personnalisée… et efficace !

13 Juin 2013 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #formation, #e-learning, #social learning, #Management, #infographie

J'ai trouvé l'infographie de Trainers Advice intéressante de part les enseignements que nous pouvons en tirer.

Vous découvrirez ci-dessous l’infographie complète. Elle met en lumière les évolutions de la formation tout au long de la vie en Europe depuis 1990

Voir les commentaires

Le « plombier du digital » ou les « petites mains du numérique »

12 Juin 2013 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Internet, #Formation, #Emploi

Louis Treussard, Directeur Général de l'Atelier BNP Paribas m'a transmis cette analyse que j'ai trouvé intéressante. Je vous invite à la découvrir ci-dessous.

   Le « plombier du digital » ou les « petites mains du numérique »

" Les entreprises ne se digitalisent plus seulement pour offrir des services à distance mais également pour répondre à une mutation profonde des attentes des usagers. La question est de savoir comment les marques peuvent reconstruire une proximité avec leurs clients grâce aux nouvelles technologies.


Face aux changements d’habitudes, des enseignes telles que la FNAC ou DARTY doivent faire plus que livrer un produit digital. Elles devront également être en mesure d’apporter un service à valeur ajoutée en branchant le produit, l’installant et le rendant compatible avec l’écosystème des objets déjà connectés chez les clients.
La promesse de configurer, expliquer chez le client ces services devient un argument de vente majeur et un élément de fidélisation.
Hier, seul le facteur avait cette proximité du «dernier mètre», cette relation privilégiée quelle que soit l’heure de sa tournée dans nos villes comme nos villages les plus retranchés. Demain de nombreuses marques devront s’approprier un nouveau territoire de services et répondre aux attentes des clients.

Une omniprésence d’objets et d’outils numériques fragiles

Le développement de la domotique, des soins à domicile, du nomadisme, de l’intelligence des objets et tout simplement de la ville connectée avec un écosystème d’acteurs (commerçants, loisirs, transports en commun, organismes publics) est déjà une réalité. Cet incroyable développement des usages se traduit par une omniprésence du numérique, via de nombreuses extensions digitales :
• le monde des capteurs : multi fonctions et nécessaires pour alimenter les bases de données avec des informations provenant du monde réel (température, pression, fumée, luminosité…)
• le monde des objets connectés : électroménager, chauffage, lampe, alarme...
• le monde du web : applications, navigateur...
• le monde des devices multi formats : ordinateur, tablette, mobile, montre, TV...
• le monde des périphériques : box tv/internet, imprimante, scanner, imprimantes 3D...

C'est l'ensemble de ce nouveau "patrimoine digital" que les utilisateurs devront mettre à jour, entretenir, réparer ou remplacer pour continuer à profiter des services désirés.

Ce tout numérique composé de hardware et de software, pour être réellement utilisable devra être :
• interopérable (connexions filaire, wifi, mobile…)
• mis à jour (nouvelles versions de software, d’applications)
• être capable de gérer des nouveaux achats venant s’ajouter à ce patrimoine digital
• être utilisable facilement et expliqué

Pour connecter, réparer, rendre interopérable, upgrader ou tout simplement expliquer ces nombreux outils et logiciels, les utilisateurs auront besoin de personnes pouvant les aider. Ces services pourront être fournis par des « plombiers du digital » qui seront les petites mains du numérique de demain.

A l'heure où l'on a tendance à associer le digital à des cursus longs et parfois élitistes, la formation de ces « plombiers » de niveaux CAP ou bac permettrait d’apprendre les fondamentaux du numérique afin de savoir connecter un appareil, mettre à jour des logiciels, réparer des capteurs, rendre compatible des appareils entre eux ou simplement pour expliquer de façon intelligible des logiciels. Le niveau de connaissance en numérique n’aura pas besoin d’être celui d’un programmeur ou d’un ingénieur, car à l'image des voitures d'aujourd'hui, la partie complexe d’un produit, d’une application, d’un logiciel ne sera accessible qu’en atelier ou au sein des services techniques des marques.

Le développement d’une formation adaptée aux nouveaux besoins actuels ainsi qu’aux futurs usages apparaît comme incontournable. Demain, ces interventions en soutien des nouvelles pratiques s'appliqueront à des domaines très variés comme la e-santé, la domotique, les services financiers et les paiements, les nouveaux modes de distribution, de loisir, de pédagogie ou même de communication sociale.

De nombreux acteurs sont susceptibles de développer en leur sein ou d’utiliser cette nouvelle profession afin de développer des services de proximité centrés sur les clients et proposant un réel SAV et des modèles de distribution clé en main.

Un vivier d’emploi de demain qui peut être soutenu

Le développement de ces nouvelles formations et de ces nouveaux métiers est un fantastique vivier d’emploi pour accompagner les nouveaux services de demain. Son développement est largement dépendant de la capacité d’innovation des grands acteurs du CAC 40, entourés de startups leur servant de relais pour avancer rapidement sur ces nouveaux sujets.

Ces « plombiers du digital » seront le lien humain essentiel entre une entreprise et le client final. Pour que digital ne soit pas vécu comme un processus à distance à la fois compliqué et déshumanisé mais comme une réelle aide locale humaine, créatrice de lien social."


Louis Treussard
Directeur Général de l'AtelierBNP
Paribas

Voir les commentaires

Catalogue de formations

30 Novembre 2012 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Formation

Logo CBCF

               

 Webmarketing
Construire sa présence sur les médias sociaux et manager ses communautés

·        Buzz et marketing viral

·        Référencement

 

Ressources Humaines

·        NTIC et Gestion du Stress

·        Techniques de recrutement

·        Recruter grâce aux réseaux sociaux et aux outils du web 2.0

·        Personal branding : gérer sa marque personnelle sur internet

 

Management 

·        Conduite de réunion

·        Réussir ses entretiens annuels d’évaluation

·        Maîtriser le brainstorming et les techniques de créativité

 

 Communication

·        Optimiser sa communication digitale

·        Réussir ses présentations orales

 

Commercial

·        Vendre mieux et plus !

·        Négociation commerciale

·        Efficacité commerciale

·        Management commercial

·        Pilotage de la performance commerciale

·        L’assistante commerciale performante

 

Bureautique

Passage de tests au préalable pour définir le niveau du stagiaire

·        Excel (initiation, niveau intermédiaire)

·        Word  (initiation, niveau intermédiaire, perfectionnement)

·        Powerpoint (initiation, niveau intermédiaire, perfectionnement)

 

Nos formations peuvent être proposées individuellement, en intra-entreprise ou en inter-entreprises.

 

Toutes nos formations peuvent être financées par votre OPCA et sont éligibles au titre du DIF. Elles donnent lieu à l'établissement d'une convention de formation

 

Pour définir ensemble un programme détaillé et adapté à vos besoins ainsi qu'un lieu de formation, contactez-nous !


christophe.blazquez(arobase)free.fr

Christophe BLAZQUEZ Conseil & Formation

53 avenue Jean Mermoz - 64000 PAU

Voir les commentaires

Métiers de l'Internet : une branche en pleine mutation !

30 Juillet 2012 , Rédigé par Christophe BLAZQUEZ Publié dans #Formation

images-copie-4.jpg

Les formations aux métiers de l'Internet sont extrêmement récentes :
l'internet grand public a démarré dans la fin des années 1995-2000.
Les métiers et les formations spécifiques ont principalement dérivé
des formations informatiques puisque les outils reposaient sur l'usage
d'ordinateurs. les profils professionnels étaient spécialisés :
développeurs web, webmestres, webmarketeurs...Les organismes de
formation, qu'ils soient publics (Universités, DUT, Licences pro...)
ou privés ont formé des professionnels spécialisés. La technique,
l'usage des différents logiciels, était le coeur de l'enseignement de
ces métiers.

Lors des dernières années un changement considérable s'est produit :
ces métiers sont maintenant présents dans les entreprises de tous
secteurs d'activité et notamment dans les PME (près de 50 % des PME
ont maintenant un site internet) pour accroître leur notoriété,
développer leur image, accompagner leur marketing et leurs ventes.

Quel métier pour quelle mission ?

Ces entreprises ont une équipe "internet" très réduite. Le profil
nécessaire est totalement différent. Si le webmestre a complètement
disparu des grandes entreprises, replacé par une multitude de
fonctions, il est maintenant le coeur de l'activité des PME.

L'entreprise peut faire appel à une webagency, ou une SSII pour la
réalisation de son site (voire sa mise à jour) mais dans de nombreux
cas la PME va confier cette tâche à celui qui sera un webdesigner. Une
fois le site créé, le chef d'entreprise demandera au "webdesigner"
d'animer et de mettre à jour le site. Il devient en fait un webmestre.
Pour accomplir sa tâche de webmestre il se transformera aussi en
webmarketeur, voire partiellement en community manager. Nous sommes
donc avec un même professionnel occupant 4 rôles professionnels
différents...

L'Observatoire International des Métiers de l'Internet

Ce constat repose sur les travaux de l'Observatoire International des
Métiers de l'Internet qui regroupe sur une quinzaine de pays européens
des Universités (publiques), des   Ecoles professionnelles publiques
et privées, des organisations professionnelles régionales et
nationales, ainsi que des organismes intermédiaires accompagnant à la
fois les entreprises (ex : Chambres de commerce) ou accompagnant les
jeunes diplômés et demandeurs d'emploi. La Fédération Européenne de
l'Economie Digitale EMF Forum e-Excellence qui fédère plus de 7 500
entreprises européennes est un des moteurs de l'Observatoire.

Des enquêtes en continu sont menées par les membres de l'Observatoire
pour identifier les compétences nécessaires et décisives en matière
d'emploi et de recrutement. Un fossé important entre les besoins du
marché a été identifié : L'enseignement des compétences techniques
correspond à peu près correctement aux besoins du marché de l'emploi
(sauf dans des domaines très spécialisés développement technique, jeu
vidéo....), par contre les compétences transversales sont peu
développées : sens du travail en équipe, attention aux détails et à la
précision, créativité et imagination, orientation client/utilisateur
(partir des besoins du client et non des fonctionnalités de la machine
!!!), cohérence avec la stratégie de l'entreprise...Capacité
d'écriture (incluant orthographe et grammaire).

Un label européen

Cette enquête européenne a permis de publier 10 profils de fonction (à
ne pas prendre donc comme profils professionnels, chaque entreprise
faisant un mélange de ces fonctions et des compétences nécessaires.
Viennent également d'être publiés des recommandations pour organismes
de formation .

Ces différents documents et recommandations sont bien évidemment
appliqués par des organismes de formation publics et privés. Un label
Européen de qualité a été mis en place avec le soutien de la société
DEKRA Allemagne mettant en valeur les organismes de formation qui
appliquent ces recommandations et s'engagent à former à ces
compétences transversales décisives pour l'emploi. Cette labellisation
est ouverte à tout organismes de formation public ou privé, souhaitant
démontrer son accord avec les besoins du marché de l'emploi dans le
domaine Internet. Ce label a pour objectif de permettre aux étudiants
de mieux s'orienter et d'identifier plus facilement les formations qui
leur permettront d'entrer plus facilement dans le marché du travail .

Contact : François Adoue / Mail : fadoue@multimedia-jobs.org

Voir les commentaires